Paroisse Sainte Anne des Calades : le Blog

Vendredi Saint: la Passion du Christ

Nous revivons la Passion et la mort de Jésus.

L’amour de Jésus dans sa Passion s’explique difficilement. Il se reçoit d’abord. Il se vit.

L’Eglise demande de faire jeûne et abstinence le Vendredi Saint. Par ce jeûne, nous serons spirituellement en communion avec les plus pauvres d’entre les hommes, et avec le Christ qui a accepté de renoncer à tout par amour pour nous. Un simple bol de riz, ou un repas très frugal … on peut aussi jeûner de distractions telles que télévision, cinéma, navigation sur Internet, web-séries etc. En ce temps de confinement, essayons de n’utiliser ce jour-là les outils audiovisuels que pour les offices (Office des ténèbres, Chemin de Croix, Office de la Croix, Liturgie des Heures) et de nous orienter vers une lecture spirituelle !

7h : Office des ténèbres avec les Fraternités monastiques de Jérusalem sur KTO

Qu’est ce que l’office des « Ténèbres » ?

« C’est le nom qui a été donné à l’office des Vigiles et des Laudes les jeudi, vendredi et samedi saints. Cet office est composé du chant des Lamentations du prophète Jérémie, de psaumes, de lectures. En filigrane, c’est la figure du Christ qui est évoquée. Mais c’est aussi le cri des souffrants d’hier et d’aujourd’hui, et ils sont nombreux. Assuré dans la foi en la résurrection du Christ, le priant se laisse envahir par la plainte de l’innocent condamné à mort » (texte de Soeur Catherine Sesboüé, religieuse de l »Assomption » ( Source : La Croix, février 2016, Sœur Catherine Sesboué (@croire.la-croix.com)

11h30 : Vénération de la Sainte Couronne d’épines à Notre-Dame de Paris sur KTO

Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, vénérera la Sainte Couronne d’épines, sauvée des flammes, au cœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Un temps de méditation suivra : des textes d’auteurs tels que Marie-Noël, Paul Claudel, Charles Peguy ou Mère Teresa seront lus par Mme Judith Chemla et par M.Philippe Torreton avec, en alternance, des pièces de musique interprétées par M. Renaud Capuçon.

15h : Chemin de croix en direct de Notre Dame des Marais sur Youtube avec le père Pablo

Qu’est-ce que le Chemin de Croix ?

Le Vendredi Saint, l’Eglise nous fait suivre le Christ pas à pas dans le combat qu’il a accepté de vivre pour nous racheter de nos péchés.

« Faire le chemin de croix nous fait revivre les événements de la passion de Jésus et nous fait réfléchir à la signification de ces événements. On pense aux souffrances du Christ et on fait l’expérience de l’amour que révèle son attitude. Cette méditation éveille en nous un sentiment de compassion et de gratitude envers le Seigneur qui nous a aimé jusqu’au bout. Cette cérémonie nous fait vivre avec amour notre propre croix. « Celui qui veut marcher derrière moi, qu’il se renonce lui même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive », nous a dit Jésus. Nous trouvons dans l’exemple du Christ l’attitude que nous sommes invités à vivre à notre tour. C’est ainsi que nous participons à la croix du Christ.  » (Source: @qe.catholique.org)

17H : Evangile du jour commenté sur Youtube par le père Jorge.

18h : Office de la Passion présidé par le pape François en direct de Rome sur KTO

18h10 : Office de la Passion du diocèse de Lyon sur Youtube

Qu’est-ce que l’Office de la Passion?

« En ce jour où nous commémorons l’offrande totale du Christ, l’Église ne célèbre pas la messe, mais une longue et nourrissante liturgie de la Parole.

Les lectures précédant le récit de la Passion sont celles du Chant du serviteur souffrant (Isaïe 52, 13 – 53, 12) et de la Lettre aux Hébreux sur le caractère sauveur de la mort de Jésus (Hébreux 4, 14-16 ; 5, 7-9).

Entre ces deux lectures, en écho du texte d’Isaïe, le psaume 30 : «Mes jours sont dans ta main : délivre-moi». Puis se déroule tout le récit de la Passion selon saint Jean (18, 1 – 19, 42), souvent proclamé à plusieurs voix.

Après une brève homélie, l’assemblée réunie prend le temps de présenter à Dieu sa prière, en toute confiance, pour l’Église, l’unité des chrétiens, le peuple Juif, ceux qui ne croient pas en Dieu, les pouvoirs publics, l’humanité souffrante.

Est proposé ensuite la démarche de vénération de la croix. À l’époque du Christ, la croix évoquait l’horreur et l’humiliation. On l’appelait «le supplice honteux» et il était défendu de crucifier un citoyen romain. La mort sur la croix était réservée aux esclaves et aux bandits d’origine étrangère. En faisant de sa mort un geste d’amour «jusqu’au bout», Jésus en a fait l’instrument de notre salut.

Et commence la longue veille dans le silence de l’attente. »

( La Croix, février 2002, (@croire.la-croix.com)

Pour accompagner les enfants

« Le bon larron » sur Theobule

« Plus fort que la mort » sur Superbook , sur la Passion et la Résurrection.

Un Chemin de croix en ombres chinoises 

Pour aller plus loin : Méditer les mystères douloureux avec Marie 

« Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.»

(Jean 3, 16)

Partager l'article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print